Wolfgang Rihm

CDs    livres    écouter    vidéo    DE    EN

Wolfgang Rihm : Œuvres pour orgue. (Inclus : Bann, Nachtschwärmerei, Contemplatio, Fantasie, 3 Fantasien, Sinfonie I – Messe für Orgel, Siebengestalt). Wergo 67512.
 Dominik Susteck, Orgue

Pour le 60ème anniversaire de Wolfgang Rihm, WERGO présente un CD avec des œuvres pour orgue du compositeur. Dans l’œuvre foisonnante de Rihm, l’orgue y joue un rôle particulier et peut être considéré comme l’instrument de prédilection du compositeur au début de sa quête musicale.

Étonnamment, les « Drei Fantasien » et le « Comtemplatio » n’y sont pas présentes. Dans ces deux œuvres, la mélodie y est l’élément dominant.

Avec le recul, l’œuvre « Fantasie » pour orgue apparaît à Rihm comme étant « une pièce pour orgue à facettes multiples avec une fin exaltée ». La pièce comprend en effet des passages qui laissent déjà entrevoir les « percées » en force de ses œuvres pour orchestre.

« Sinfoniae I » – Messe pour orgue, renoue avec la tradition française des messes pour orgue et avec celle de la symphonie pour orgue. Néanmoins, les six « mouvements » de la pièce forment, de par leurs caractéristiques et leur structure de mouvement communes, un ensemble uni et indissociable.

Dans la composition « Siebengestalt » pour orgue, ce sont des éléments « émotionnels-intuitifs » qui s’imbriquent dans des éléments « synthétiques-constructifs ».

Dans « Bann, Nachtschwärmerei », Rihm renoue finalement avec ses anciennes pièces pour orgue dans une volonté ironique de se distancer du monde.

Le jeune organiste Dominik Susteck a interprété ces œuvres sur l’orgue de la Kunst-Station de l’église Sankt Peter à Cologne. L’arrangement de cet instrument, entre autres la grande variété des jeux d’harmoniques supérieurs ainsi que les jeux conçus spécialement pour la musique moderne est unique au monde. Grâce à ces particularités, cet orgue fait apparaître les œuvres pour orgue de Rihm sous un jour tout à fait nouveau.

« Une surprise réussie ! […] La performance de Dominik Susteck est sensationnelle ! » (Wolfgang Rihm)